Mobilisation sociale, Ségolène Royal… Le “8h30 franceinfo” d’Emmanuelle Wargon

thumbnail
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, était l’invitée de franceinfo samedi 18 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, était l’invitée du “8h30 franceinfo”, samedi 18 janvier. Soirée au théâtre d’Emmanuel Macron perturbée, ambitions politiques de Ségolène Royal… Elle répond aux questions d’Aurélien Accart et de Jean-Jérôme Bertolus.

“Il faut retrouver la notion de base de respect”, a réagi samedi 18 janvier sur franceinfo Emmanuelle Wargon, après la tentative d’intrusion d’une trentaine de manifestants dans le hall du théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, alors qu’Emmanuel Macron et son épouse assistaient à la représentation de la pièce La Mouche vendredi soir.

“Le président a été interpellé quelques minutes et puis la représentation a repris. On peut ne pas être d’accord, c’est normal, je le comprends très bien, mais il faut retrouver le respect normal, de base, qui permet à une vie démocratique de s’exercer. Sinon, c’est quoi ? L’insurrection et une fois qu’on a renversé le gouvernement, le nouveau gouvernement arrive comment ? Par la volonté de qui ?”, a interrogé Emmanuelle Wargon. “La démocratie c’est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres, c’est Churchill qui disait ça.”

“Je constate tous les jours au ministère le décalage entre la parole qu’elle a portée et la réalité des actions”, a également lancé Emmanuelle Wargon, à l’encontre de l’ex-ministre de l’Environnement Ségolène Royal. L’actuelle secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire réagissait aux ambitions politiques de l’ancienne ambassadrice des pôles, qui a annoncé le lancement d’un think tank en vue de la présidentielle de 2022.

Ségolène Royal a participé à très peu de conférences sur les pôles, elle s’est très peu investie dans le contenu des dossiers.

Emmanuelle Wargon

à franceinfo

“Sur le fond, elle a fait beaucoup d’autres choses que défendre les pôles”, estime Emmanuelle Wargon, jugeant que “finalement, ça rappelle la Ségolène Royal quand elle était ministre de l’Environnement”.

Principal sujet de critique : la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), dont un premier réacteur doit fermer en février (le deuxième en juin). “C’était une promesse initiale du président Hollande, qui n’a pas été en capacité de tenir sa promesse pendant son mandat. Une semaine avant la présidentielle de 2017, Ségolène Royal a signé un décret disant ‘on ferme Fessenheim’, sauf que ce décret était illégal car la procédure n’était pas engagée. Le décret a été annulé”, rappelle Emmanuelle Wargon. “Aucun travail n’avait été fait sur le territoire. On a repris le dossier au fond, on a démarré un projet de territoire avec les élus. Finalement, c’est sous cette mandature que cette promesse sera tenue”, affirme la secrétaire d’État.

Autre sujet de mécontentement : les contrats “Territoires à énergie positive” signés avec des collectivités locales. “Elle a signé énormément de contrats promettant de l’argent à des territoires partout en France, sauf que ce n’était pas financé. Il a fallu en urgence retrouver des marges financières pour honorer des promesses qui n’étaient pas financées”, juge sévèrement Emmanuelle Wargon. “Donc oui, il y a un décalage entre le verbe et l’action.”

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top